Ils sont tous pour le jeûne

Des médecins, chercheurs, acteurs, musiciens, mannequins, journalistes de santé, philosophes… Ils sont tous pour le jeûne, et le pratiquent souvent eux-mêmes.

Dr Valter Longo

Professeur en Biogérontologie et Biologie Cellulaire
 Directeur de l’Institut de Longévité à l’Université de Californie du Sud (USC)
« J’ai récemment fait une présentation devant l’une des plus importantes compagnies pharmaceutiques au monde, et j’ai mis au défi les dirigeants de l’entreprise de mettre au point un cocktail de médicaments dont les effets seraient plus puissants que celui du jeûne. »
longo-conference-ueberlingen-06-2013-jeune-une-nouvelle-therapie
Conférence au congrès international sur le jeûne thérapeutique à la clinique Buchinger au lac de Constance en Allemagne en juin 2013.

Yannick Noah

Dans le magazine Femina Hebdo du 1 juin 1997, il parle de sa préparation physique et mentale au tournoi de tennis de Roland Garros par le jeûne.
Yannick, vous entamez votre septième jour de jeûne. Est-ce une dure épreuve?
« 
Maintenant, je suis habitué, cela ne me gêne plus…Mais il ne faut pas que je regarde le sandwich de mon voisin, sans quoi… Habituellement, je jeûne au printemps et en début d’automne, cela me fait un bien fou. Je me nettoie, j’évacue le stress de la coupe Davis et la fatigue des voyages. De plus, j’avais recommencé à fumer et à boire, il me fallait arrêter net, c’est fait ! Les deux premiers jours sont durs. Après, ça va mieux et , peu à peu, on se sent bien, avec tous les sens en éveil. Je pense souvent aux grévistes de la faim : la force morale nécessaire pour tenir est incroyable et aujourd’hui, je mesure mieux leur effort.
Pour ma part, lorsque je suis allé jusqu’au bout, j’ai eu le sentiment de victoire sur moi-même. Le jeûne, on le sait, est lié à la recherche spirituelle. On le voit bien avec le ramadan chez les musulmans ou dans d’autres religions. Gandhi – dont les grèves de la faim sont historiques – a par la suite jeûné un jour par semaine. Bref, le jeûne rapproche de l’essentiel, donc de nous, et la voix intérieure, du cosmos si l’on veut. Je fais du yoga et après chaque nouveau jeûne, je franchis un palier dans la méditation. … »

Dr Christophe André

Médecin psychiatre à l’Hôpital Sainte-Anne à Paris
« Le jeûne, pratiqué dans de bonnes conditions, entraîne des effets positifs sur le fonctionnement cérébral ainsi que sur la santé. »
Lire tout l’article du magazine Cerveau & Psycho (mai – juin 2014)

Pr Andreas Michalsen

Médecin-chef du service de médecine naturelle de l’hôpital Immanuel à Berlin, Allemagne
« Nous savons maintenant que le jeûne nous fait non seulement du bien, mais qu’il peut aussi atténuer certains effets des maladies. […] Du point de vue de l’évolution, il est probable que la survie  s’accompagnait de périodes de jeûne. La situation que nous avons aujourd’hui, repas réguliers, frigo rempli, est historiquement anormale… ainsi il n’est pas étonnant que le corps rencontre des difficultés lorsqu’il ne jeûne pas, quand il mange sans cesse. Notre patrimoine génétique semble être moins adapté à cette situation qu’au jeûne. »michalsen-conference-ueberlingen-06-2013-jeune-une-nouvelle-therapie
Conférence au congrès international sur le jeûne thérapeutique à la clinique Buchinger au lac de Constance en Allemagne en juin 2013.

Chris Martin (Coldplay)

Radio Fresh 102.7
« Je jeûne une fois par semaine » explique le père de deux enfants. « Ce jour-là, au lieu de manger, l’interprète de « Paradise » se contente de boire de l’eau… »J’ai commencé à le suivre quand, un jour où j’étais malade, un type m’a dit : « Essayez de ne pas manger une journée et vous verrez que votre corps se sentira mieux. » »Je l’ai fait et j’ai remarqué que je chantais mieux, et j’ai eu une reconnaissance nouvelle pour la nourriture…et pour tout le reste, reconnaissance que je n’avais pas autant avant », a admis le chanteur. » Ce sentiment de reconnaissance entraîne un sentiment de joie, de plus, quand on a faim, on est plus concentré, donc tout ça aide à la créativité. »

Thierry Delestrade

Co-réalisateur du documentaire ARTE « Le jeûne – une nouvelle thérapie ? », auteur du livre du même nom. À femme actuelle, il explique :

« J’ai expérimenté le jeûne en deux phases. J’ai d’abord essayé un jour par semaine. J’ai trouvé cette expérience extraordinaire. Je l’ai vécu comme une libération. On se rend compte très vite qu’on peut se passer de manger pendant toute une journée et travailler. Je buvais beaucoup d’eau, des tisanes. Je me sentais en pleine forme, l’esprit clair. Je croyais que j’allais m’écrouler mais j’ai même joué au tennis contre mon fils qui court comme un lapin tout en jeûnant. Quand on peut faire ça, on se sent libre par rapport aux exigences du corps, du monde physique dans lequel on se sent souvent enfermé.
Après, au moment de l’écriture du livre, je suis allé faire un jeûne plus long à Buchinger, dans une clinique allemande spécialisée sur les bords du lac de Constance. C’est très médicalisé avec des médecins, des infirmières à chaque bout de couloir.
Au bout de deux trois jours, je n’avais plus faim. Moi qui suis plutôt un bon dormeur, je me réveillais tous les jours à six heures moins le quart, frais et dispo naturellement. A six heures et demi, j’étais devant mon ordinateur et je travaillais sur mon livre avec l’esprit très clair pendant quatre à cinq heures d’affilée sans problème.
On n’a plus de lourdeurs, on se sent vif et léger. Il y a aussi une forme de calme intérieur.
Après, j’ai fait beaucoup de marche avec les gens qui étaient là et qui étaient aussi tous très calmes. Il se passe quelque chose pendant les jeûnes. On se retrouve autour d’un bol de bouillon clair et les gens s’écoutent. Il n’y a plus d’ego qui compte : chacun parle de son expérience de vie – pas de son travail ni de sa position sociale. On est sur un autre mode de relation et ça, c’est extraordinaire.
En général, le taux de sérotonine augmente quand on jeûne et on se sent bien. La sérotonine donne le calme et ce sentiment du bonheur, la sensation d’être à sa place.
J’avais lu beaucoup et rencontré beaucoup de gens pour le film et pour le livre, mais le vivre c’est très différent. Et ce sentiment de plénitude que l’on ressent au bout du septième ou du huitième jour fait que l’on n’a plus envie d’arrêter. »

Pr Henri Joyeux

Ancien professeur des universités-praticien hospitalier de cancérologie et de chirurgie digestive à l’université Montpellier
prof-henri-joyeux-le-jeune-une-nouvelle-therapie

« Le jeûne est utile pour réduire nombre de maladies de civilisations : obésité, diabète de type II, hypertension artérielle (HTA), maladies rhumatismales, maladies de peau telle qu’eczéma, psoriasis, mais aussi les maladies respiratoires (asthme, broncho-pneumopathies chroniques) et allergies de toute nature, addictions quelles qu’elles soient, tabac ou drogues, telles que marijuana, mais aussi stress de toute origine […].
Comme l’indiquent nos collègues russes et allemands dans le film d’ARTE cité plus haut, le jeûne peut aussi être très utile pour réduire les troubles récurrents de certaines maladies psychiatriques. Il devrait être systématiquement proposé aux patients, sous surveillance médicale, mais pour cela, il faudrait former les psychiatres aux bienfaits des changements des habitudes alimentaires. Cela est aussi vrai pour la plupart des spécialités médicales, de la pédiatrie à la gériatrie, en passant par la cardiologie, la pneumologie, la rhumatologie, la gynécologie, la chirurgie, la neurologie… bref toutes les spécialités médicales gagneraient à s’ouvrir à la thérapie par le jeûne. »

Sylvie Gilman

Co-réalisatrice du documentaire ARTE « Le jeûne – une nouvelle thérapie ? »
sylvie-gilman-conference-ueberlingen-06-2013-jeune-une-nouvelle-therapie
Conférence au congrès internationale sur le jeûne thérapeutique à la clinique Buchinger au lac de Constance en Allemagne en juin 2013.

Yvon LeMaho

Chercheur au CRNS
« L’organisme est mieux adapté – après avoir accumulé des réserves – à supporter une privation en jeûnant, qu’à s’alimenter en permanence, sans interruption de prise alimentaire. »
yvon-lemaho-conference-ueberlingen-06-2013-jeune-une-nouvelle-therapie

Conférence au congrès internationale sur le jeûne thérapeutique à la clinique Buchinger au lac de Constance en Allemagne en juin 2013.

Mireille Darc

Dans le JDD d’EUROPE1 elle explique :
« L’alimentation a des effets majeurs sur notre santé, malheureusement trop peu connus, effets négatifs ou positifs. On peut par exemple détoxifier son corps, il y a pour cela plusieurs méthodes. L’une consiste à observer des périodes de jeûne, ce que je ne conseille qu’encadré par des professionnels reconnus.
J’ai suivi l’une de ces cures […]: huit jours de régime à base de jus de fruits délayés d’eau et de tisane, le cerveau a besoin de fructose pour supporter le jeûne, le résultat a dépassé mes espérances. »

Dr Frédéric Saldmann

Dans son livre « Le meilleur médicament, c’est vous. ! », il conseille un jeûne hebdomadaire de 16h (de 20h à 12h, par exemple). En octobre 2015, il explique au magazine femme actuelle :
« Ne plus manger pendant une dizaine d’heures permet une meilleure élimination des déchets, c’est une sorte de « cure détox » pour se remettre à zéro, donner des vacances à son organisme. En plus de contribuer à booster nos défenses immunitaires, les bénéfices en pratiquant ce jeûne sont nombreux d’après le spécialiste : « On observe une réduction de la fatigue, un gain de tonus dans la journée. Et ça se voit sur notre visage : le teint est plus clair. On a aussi une diminution de la fréquence des allergies, de l’asthme et des rhumatismes. » Le docteur Saldmann va encore plus loin, et donne l’exemple de la souris, chez qui on a constaté une baisse de 20 % des cancers avec un jeûne par semaine en renforçant l’ADN. Dans son livre, il évoque une étude réalisée en Floride qui démontre que le jeûne séquentiel augmente la sécrétion naturelle de sirtuines, qui sont des protéines enzymatiques anti-vieillissement qui jouent un rôle dans la lutte contre l’inflammation, le diabète et les cancers.
Aussi, le jeûne séquentiel permet de « Retrouver les vrais signaux de l’appétit, se mettre à table si on a faim, et ne plus manger de façon mécanique. », ajoute-t-il. »

Dr Françoise Wilhelmi de Toledo

Directrice de la clinique Buchinger en Allemagne
« J’ai découvert les effets thérapeutiques et expandeurs de conscience du Jeûne, pour l’avoir moi-même pratiqué une première fois, à l’âge de 17 ans. Une révélation ; je savais que j’allais reconduire régulièrement cette expérience, tout au long de ma vie.
Personnellement, j’estime, et ce depuis des années, qu’il est capital d’entretenir d’étroites collaborations avec des chaires universitaires de pointe, comme celles de Berlin, Essen, Munich, Fribourg, Zurich et Grenade. En outre, nous éditons continuellement dans nos cliniques des publications scientifiques en plusieurs langues […]. En 1986, nous avons fondé l’Association Médicale Jeûne et Nutrition (Ärztegesellschaft Heilfasten und Ernährung e. V.) ; en 2003 sortait sous l’égide d’un consensus d’experts le « Manuel du jeûne thérapeutique » ; pour finir, nous avons créé en 2011 la Maria Buchinger Foundation, en vue de soutenir la recherche dans le domaine du Jeûne Thérapeutique. »

Mahatma Gandhi

Dans son quotidien Young India, Gandhi expose les raisons qui l’ont amené à jeûner toute une semaine […].
« Je peux me passer de mes yeux,
autant que de vivre sans jeûner.
Ce que les yeux sont pour le monde extérieur,
le jeûne l’est pour la vie intérieure. »
(Dans « Chroniques de l’histoire : Gandhi », Chronique Éditions)

Le jeûne de 24h

300 kcal, un repas solide par jour.
Les adeptes : Gwyneth Paltrow, Jessica Alba, Jennifer Garner…

Le jeûne citron Master Cleanse

À base d’eau, jus de citron, sirop d’érable, poivre, tisanes, pas d’aliments solides.
Les adeptes : Beyoncé, Demi Moore, Ashton Kutcher…

Le jeûne intermittent

Le régime 5:2 qui consiste à ne pas dépasser 500 kcal deux fois par semaine comprenant boissons et aliments solides.
Les adeptes : Jennifer Lopez, Hugh Jackman, Miranda Kerr, Jennifer Aniston…


A DÉCOUVRIR ÉGALEMENT DANS LA RUBRIQUE +INFOS JEÛNE :


Top